Un style Unique ! Domaine de Trevallon

Le domaine se situe sur le versant nord des Alpilles tout proche de Saint Rémy de Provence sur la commune de Saint Etienne du Grès. C’est en 1950 que René Dürrbach et sa femme Jacqueline tombent sous le charme des Alpilles et achètent le Mas Chabert, puis en 1960, la propriété attenante : Trévallon. C’est pendant l'hiver 1973 que Eloi Dürrbach, propriétaire du domaine, plante les premières vignes.

Au commencement, 15 ha de rouges composés à parts égales de cabernet sauvignon et de syrah et 2 ha de blancs constitués principalement de marsanne et roussane. Au domaine, Eloi Dürrbach est dans les vignes et à la cave tandis que Floriane le seconde. Puis par la suite, Ostiane et Antoine ressentent l’envie de travailler au domaine Trevallon. C’est alors que l’aventure Trevallon commence !

Le cabernet sauvignon cépage Roi…

Le cabernet sauvignon était déjà présent en Provence avant l’arrivée du phylloxera. Ici, il est assemblé ou non avec de la syrah. Le domaine est situé sur un terroir très riche en calcaire, ce qui donne des vins avec un style unique. Comme l'explique si bien Eloi, son vin est réalisé le plus sainement possible. Il choisit donc le déclassement en vin de pays imposé par l’INAO, plutôt que de trahir la personnalité de ses vins.

« C'est l'ordre de la beauté, celui de la nature qui commande ici. Sans elle je n'aurais pas fait ça. C'est ce respect qui dicte la conduite du vigneron. On nourrit le sol, pas la plante. Pas de pesticide, pas d'insecticides, de la fumure de mouton, oui. De profonds labours pour que les racines aillent loin se nourrir de leur terroir au grouillement microbien vivant et silencieux La taille est courte, gage de faibles rendements, de longévité pour de bons vieux pieds de trente à cinquante ans. Voilà, avec ça les raisins sont bons et sains. Faire le vin c'est avoir de beaux fruits. Nous ne contrôlons même plus les températures. Les levures indigènes réagissent, font leur travail. Au fond dans un grand millésime, on n'y est pas pour grand chose. Il y a comme un mystère, quelque chose qui nous échappe et c'est tant mieux ! »

Aujourd’hui les vins de pays d’Eloi Dürrbach sont devenus une référence auprès des amateurs et collectionneurs de grands vins du monde entier. Il y a à ce jour, environ 20 hectares de cabernet sauvignon, syrah pour les rouges et marsanne, roussanne, chardonnay, granache blanc et clairette pour les blancs.

Comment Eloi crée ses vins ?

Il y a environ 20% de cabernet à la vigne, en IGP Alpilles, on peut faire une cuvée en 100% cabernet. Eloi explique qu’il a beaucoup de chance d’être sur un terroir d’exception : en effet, il n'a dû affronter qu'une seule année difficile et sans production pour cause de forte pluie, en 2002. Aussi, des moutons appartenant à un éleveur voisin viennent se balader dans les vignes afin de favoriser l’enherbement et l’engrais naturel. Les vignes sont cultivées sans engrais chimique ni produits de synthèse.

Pour les rouges : il démarre par ramasser à la main les syrah, puis macération de 10 à 15 jours en cuve. Le départ de la fermentation se fait en levures indigènes. Pas d’égrappage afin de perdre un degré d’alcool. Élevage en fût/foudre 2 années. (Seguin Moreau ou Stockinger) Ouillage tout les lundis matin. Assemblage des cépages ou non au bout de 2 ans.

Pour les blancs: macération en grappe entière et pressurage. Élevage en fût de une année, pas de bâtonnage sauf si les levures sont fatiguées.

Toujours en quête de nouveautées …

En 2013 Eloi Dürrbach a confié à l’architecte Jean Bosc les travaux d’extension et de rénovation du domaine et plus particulièrement du chai. Il y avait, dans les replis des vallons secrets des garrigues de Trévallon, de vieilles oliveraies, vestiges d’une tradition paysanne. Tout comme les vignes, les oliviers sont cultivés sans engrais chimique, ni produit de synthèse. Aglandau, Picholine, Salonenque, Grossanne, Verdale, Bouteillan et Broutignan sont récoltés à la main sur les 800 pieds du Domaine puis pressés dans la journée. Trois mois plus tard l’huile de Trevallon révèle ses saveurs intactes de fruits aux notes herbacées et une légère amertume.

Ses étiquettes si appréciées et célèbres…

Avant tout un hommage au père d’Eloi, René Dürrbach, disparu en 1999 à l’âge de 89 ans. Peintre et sculpteur, il fût l’ami de nombreux peintres dont Fernand Léger, Robert Delaunay et Pablo Picasso. “Je lui ai confié 50 affiches et il s’est mis à dessiner dessus, selon son inspiration avec des crayons de couleur. Chaque année, nous choisissons une étiquette dont le dessin correspond aux caractéristiques du millésime”. Des étiquettes originales et uniques qui ont marqué l’histoire de Trévallon !!

L'avis de la sommelière :

Le Trevallon rouge 2005, un seul mot EMOTION.

"On dit que tout au long de notre vie de dégustateur, les vins qui nous ont procuré une réelle émotion se comptent sur les doigts de la main … Celui-ci en fait partie … Le nez est splendide, très expressif. Première impression : la truffe fraiche qui dégage un parfum très envoutant et charmeur apportant finesse et élégance. Viennent ensuite les épices, puis les fruits rouges de belle maturité qui apportent une réelle richesse au vin avec de belles notes d'olive noire, de garrigue, cacao, moka et tabac. La bouche est souple et concentrée, les tanins accrochent encore légèrement en finale mais ne sont pas dérangeants, il y a beaucoup de salinité et fraicheur ce qui prouve que ce vin peut être dégusté dès à présent ou encore vieillir quelques années en cave …"

Veuillez patienter...

Continuer mes achats Régler ma commande